Archive pour 2017

ATSEM en colère !!

Le gouvernement ne veut pas reconnaître nos revendications ! [Tract]

Pour une véritable reconnaissance professionnelle, la CGT revendique :

-  L’amélioration des conditions d’emplois : 
• Un taux d’encadrement légiféré nationalement sur les temps périscolaires et de restauration scolaire
• Une ATSEM à temps plein par classe, à minima
• Une formation professionnelle tout au long de la carrière
• Une réelle intégration dans l’équipe éducative 
-  La résolution du problème de double hiérarchie (éducation nationale, collectivités territoriales) par la promulgation d’une texte réglementaire (loi, décret, circulaire). 
-  La reconnaissance immédiate des missions éducatives des ATSEM sur le terrain et dans le référentiel de compétences CAP Petite Enfance 
-  Une véritable évolution professionnelle par un déroulement de carrière sur deux cadres d’emploi (C et B) 
-  La reconnaissance de la pénibilité : inscription du cadre d’emploi des ATSEM en catégorie active auprès de la CNRACL (départ anticipé à la retraite sans décote) 
-  La reconstruction des carrières suite aux Accords Jacob de 2006 (perte de toute l’ancienneté) 
-  Le traitement Fonction Publique à 1800 euros bruts mensuels

Pour un service public de qualité partout, pour tou-te-s,
Pour préparer l’avenir de nos enfants, il faut améliorer le présent des ATSEM !
LA CGT NE LÂCHERA PAS !

La Fédération CGT des Services Publics invite les syndicats à organiser dans chaque département, collectivité des Assemblées générales, réunions d’informations syndicales pour renforcer le rapport de force et être entendu-e-s !

ATSEM en colère | Le gouvernement ne veut pas reconnaître nos revendications ! [Tract]

NON AU FLICAGE MEDICAL

 

 

Lors du CHSCT du 4 décembre dernier a été présenté le dispositif de contrôle médical que la collectivité veut mettre en œuvre à compter du 1er janvier 2018.

Diverses études ont pourtant montré que pour prévenir les absences au travail le dispositif de retenues sur salaires appliqués aux agents n’est pas une solution.

La Ville nous rappelle que le taux d’absentéisme pour maladie ordinaire était en 2016 de 5,18 %. Les causes sont connues : la maladie ordinaire (gastro, grippe..) mais aussi en raison des conditions de travail dégradées, des réorganisations permanentes, du management par le stress, de la pression par objectif, le manque de moyens pour les atteindre, manque de considération,…

La Ville de Lille a malgré tout sorti l’arsenal lourd : les contrôles médicaux délégués à la société privée SECUREX (recommandée sur le site du Medef) qui s’est fait connaître pour mettre en œuvre un véritable flicage des personnels, notamment à la RATP et à La Poste.

Les contrôles médicaux sont des armes de pression permanente à l’encontre des agents en arrêt pour raison de santé. Le seul but étant de diminuer le nombre de jours d’arrêt par la répression, ou par dissuasion de se faire soigner dans le souci constant de faire de fausses économies au détriment de la santé de la personne.

On vous dira qu’il s’agit de vérifier si l’état de santé constaté lors du contrôle permet ou non la reprise de travail. Pourquoi donc faire des contrôles inopinés si ce n’est pour mettre une pression supplémentaire et ainsi dissuader les agents à se soigner ? Nous rappelons que l’Ordre national des médecins précise: «Afin de ne pas contrevenir à la déontologie médicale, le médecin doit uniquement indiquer les circonstances qui ont rendu impossible l’examen de l’assuré et la vérification de la justification de l’arrêt de travail. S’il n’a pu pénétrer au domicile, il ne peut pour autant certifier l’absence de la personne qu’il devait contrôler».

On nous annonce également que ce contrôle médical (poliment nommé contre-visite médicale) pourra être lancé directement à Sécurex dès le premier jour d’arrêt de travail par le N+2 et ce même si l’administration n’a pas encore reçu l’avis d’arrêt de travail !!! 

Comment dans ces conditions, considérer que ce soit là un contrôle médical et non un flicage ? Certains encadrants pourront utiliser ce pouvoir supplémentaire qui leur sera accordé pour accroître la pression, tout en sachant que le N+2 ne désavouera pas le N+1.

Mettre en place une politique de prévention efficace des absences, nécessite de mettre l’accent sur l’amélioration les conditions de travail, sur le dialogue et en favorisant le bien être au travail et non à mettre en œuvre des outils de répression. 

L’amélioration des aménagements de postes et l’accélération des reclassements pour raison de santé contribuerons également à une baisse de l’absentéisme.

La CGT des personnels actifs et retraités de Lille, Hellemmes et Lomme ainsi que les syndicats FO et SAI siégeant en CHSCT ne pouvons donc accepter de voter en faveur de ce dispositif rétrograde et stigmatisant.

En clair, 3 Organisations syndicales sur 4 ont voté contre se projet inacceptable

 

VOLONTAIRES EN SERVICE CIVIQUE : ÊTES-VOUS BIEN INFORMÉS

VOTRE STATUT DE VOLONTAIRE : né sur les décombres du service militaire, le statut de volontaire en Service Civique ne relève pas du Code du Travail et a un statut particulier:

vous n’êtes ni salarié, ni bénévole. A ce titre, la relation qui vous lie à la collectivité qui vous accueille n’est pas une relation de subordination, mais une relation de coopération. Par ailleurs, en tant que volontaire, vous ne devez pas vous substituer à un agent public.

L’organisme d’accueil a l’obligation de vous désigner un tuteur chargé : primo, de vous préparer à la mission que vous réaliserez et secondo, de vous accompagner dans votre réflexion sur votre projet d’avenir afin de favoriser, à l’issue de l’accomplissement de votre mission de Service Civique, votre insertion professionnelle.

Les tâches qui vous sont confiées doivent être, en conséquence, différentes et complémentaires de celles confiées aux agents de l’organisme d’accueil. Le temps de mission fixé par la collectivité est de 25 heures hebdomadaires

Lire la suite au format PDF  :

Tract recto service civique
Tract verso service civique

LES RATIOS DE LA COLÈRE


Dans un contexte où le pouvoir d’achat des agents publics est amputé du fait notamment, de la poursuite
du gel des rémunérations, de l’augmentation de 1,7 point de la CSG non compensée dans la fonction
publique, du rétablissement du jour de carence.
Notre administration nous a présenté, lors du dernier CTP du 29/09/17,
ses propositions de ratios d’avancements pour les prochaines CAP.
Ces ratios d’avancements déterminent le nombre d’agents pouvant
bénéficier d’un avancement de grade parmi les collègues qui
remplissent les conditions statutaires d’ancienneté et d’échelon dans
leurs grades actuels.
Depuis plusieurs années ces « fameux ratios » ne sont plus imposés par la
loi, mais sont fixés par chaque collectivité après consultation des
représentants du personnel au CTP.


Ainsi l’administration a donc toute liberté de fixer, pour chaque avancement, des taux allant de 0% à
100%. La ville de Lille continuant sa politique d’économie sur le dos des agents, nous propose pour les
collègues au tout premier grade de la catégorie C (C1) un taux d’avancement « mirifique » de 10% pour
l’année 2018. Soit un agent sur dix au grand maximum pour une catégorie de collègues dont plusieurs
dizaines partent chaque année en retraite, TOUJOURS AU PREMIER GRADE.
Une telle mesure ne fera qu’amplifier le phénomène de PRECARISATION des retraités.
Estimant qu’elle doit faire face à un budget contraint, elle fait le choix de faire peser sa politique
d’austérité salariale sur les agents les plus vulnérables et les plus mal payés de la collectivité.
Pour nos organisations syndicales, cette proposition n’est pas acceptable et nous nous félicitons du
vote unanimement CONTRE des organisations syndicales lors de la séance du CTP du 29/09/17.


Nos syndicats SAI – FO – CGT connaissons et combattons l’organisation de l’appauvrissement des
collectivités territoriales par les gouvernements successifs qui favorisent les baisses des dotations de l’état,
les cadeaux fiscaux au patronat et/ou aux propriétaires de yacht et de véhicules de luxe…
Pourtant des communes, bien plus pauvres que la ville de Lille, comme par exemple la ville de Nanterre,
délibèrent sur des ratios de 100% pour les agents du premier grade de la catégorie C (C1).
Donc notre proposition est tout à fait possible au sein de notre collectivité !!!


Conformément aux textes et après le vote unanimement contre, un nouveau CTP doit se
réunir sur ce sujet. Nous appelons l’ensemble des représentant-e-s du personnel, élu-e-s
en CTP à maintenir leurs exigences exprimées lors de la première séance.
Nous réclamons des ratios à 100% tel qu’à la ville de Nanterre.
Après cette consultation en deuxième séance de ce 06/10/2017,
la Direction Générale passera-t-elle en force son projet contre l’avis des syndicats de la collectivité ???
Il n’y a pas si longtemps, nos élu-e-s s’indignaient du 49-3 de Manuel Valls et aujourd’hui des
ordonnances du président Macron !!! Que penser des pratiques Lilloises ???

Manifestation régionale interpro et intersyndicale le jeudi 16 novembre à LILLE – 14h30 à la porte de Paris

Malgré les mobilisations de septembre et d’octobre, le gouvernement a fait le choix de poursuivre sa tentative de passage en force visant à affaiblir les protections des travailleurs.

La CGT a décidé de poursuivre la bataille contre les projets d’ordonnances portant sur le Code du travail. Elle poursuit le combat pour un Code du travail renforcé, de nouveaux droits, d’expression des salariés et d’intervention de leurs représentants, l’amnistie pour les militants syndicaux et le respect des libertés syndicales, le renforcement des conventions collectives et le rétablissement de la hiérarchie des normes et du principe de faveur.

Outre les revendications portant sur le Code du travail, dont le devenir aura nécessairement un impact sur la Fonction publique et son cadre national de garanties statutaires, le 16 novembre sera l’occasion pour les personnels de la Fonction publique territoriale de porter leurs exigences sur :

  • L’augmentation du pouvoir d’achat qui passe nécessairement par une revalorisation urgente de la valeur du point d’indice ; l’abrogation du RIFSEEP, dispositif injuste et portant atteinte à la Fonction publique de carrière.
  • L’abandon de l’augmentation de la CSG et le rétablissement complet d’une Sécurité sociale solidaire, universelle, basée sur les cotisations sociales à partir des richesses créées par le travail.
  • Le non-rétablissement du jour de carence.
  • L’arrêt des suppressions de postes.
  • L’arrêt du processus de réforme territoriale ; le refus des annonces formulées dans le cadre du Projet Action Publique 2022.
  • La mobilisation des moyens financiers nécessaires au bon fonctionnement des missions publiques des collectivités territoriales dans l’intérêt des usagers ;
  • L’instauration des 32 heures pour réduire le chômage et garantir des conditions de travail respectueuses des agents ;
  • Le rétablissement à 1% de la cotisation CNFPT ;
  • Le respect des principes statutaires en matière de formation et de pénibilité, à l’inverse de la logique portée par la transposition du CPF et du CPA ;
  • La pérennité de l’emploi pour les personnels impactés par le nouveau décret portant sur les rythmes scolaires.
  • L’aboutissement rapide du chantier engagé ces derniers mois pour la revalorisation des carrières des ATSEM.
  • Le respect des missions des travailleurs sociaux dans l’esprit des avancées de 1945, la reconnaissance réelle des qualifications par le passage en catégorie A des cadres d’emplois concernés.
  • De véritables améliorations de carrière pour tous, qui appellent bien d’autres mesures que le protocole minoritaire PPCR imposé par le gouvernement ;
  • La défense et l’amélioration des missions publiques, le renforcement du Statut général des fonctionnaires et des statuts particuliers ;
  • Des créations d’emplois statutaires et la poursuite du plan de titularisation et de déprécarisation, notamment pour tous les « contrats aidés ».
  • Une meilleure reconnaissance de la pénibilité, avec de vraies dispositions pour la prévenir et la réparer, et, plus globalement, des mesures concrètes pour améliorer les conditions de travail.
  • Le respect plein et entier de la démocratie sociale, du syndicalisme, de son rôle de représentation des agents et de ses moyens de fonctionnement et d’intervention (CT et CHSCT) ;

Soutien aux agents de la SNCF : Contre La casse du Fret ferroviaire !

Un projet de suppression de 3000 emplois dans les cartons de Fret SNCF pour 2018!

14000 cheminots dans cette branche en 2009. 7000 aujourd’hui. Moins de 4000 demain !

Ce même Fret en voie de filialisation, donc de privatisation.

Voilà le projet scélérat de la direction de la SNCF.

A l’heure où le pays étouffe à cause des particules fines – 48 000 morts dus à la pollution chaque année – Guillaume Pépy, avec l’appui du gouvernement d’Edouard Philippe, détruit un peu plus le transport de marchandises par rail.

Plus de 85% de ces marchandises passent désormais par la route. 40% étaient sur les wagons dans les années 70.

La casse du fret ferroviaire s’accentue toujours un peu plus.

Si vous voulez comprendre comment les poids-lourds ont envahi les routes et comment l’air devient irrespirable, précipitez-vous sur le documentaire produit par le CE SNCF Fret et le cabinet Emergences :

Transport de marchandises : changeons d’ère !

Faites circuler ce documentaire. Organisez des projections et des débats sur le service public SNCF.

Aidons les camarades cheminots à résister!

 

16 novembre 2017 : Journée de mobilisation interprofessionnelle, étudiante et lycéenne

Pour les organisations syndicales de salariés, d’étudiants et de lycéens CGT – FO – Solidaires – UNEF – UNL – FIDL réunies le 24 octobre 2017, un constat s’impose, celui d’une politique libérale visant à accroitre les inégalités au profit d’une minorité.

Qu’il s’agisse :

– de nombreuses dispositions inacceptables des ordonnances, limitant des droits des salariés-es ;

– des risques qui pèsent sur les droits des salariés-es et demandeurs d’emploi en matière d’assurance chômage ou de formation professionnelle ;

– de mesures précarisant toujours un peu plus l’emploi et l’insertion des jeunes sur le marché du travail ;

– de la remise en cause des droits à l’avenir des jeunes par l’instauration d’une sélection à l’entrée de l’enseignement supérieur ;

– de la modération salariale et de l’augmentation de la CSG ;

– des atteintes au service public et à la protection sociale ;

Les organisations signataires s’adressent solennellement au gouvernement afin qu’il prenne en considération les attentes sociales multiples qui s’expriment dans le public et le privé, par les actifs, les jeunes, les demandeurs d’emploi et les retraités-es.

Compte tenu de la gravité de la situation, elles décident de faire du 16 novembre 2017 une journée de mobilisation interprofessionnelle, étudiante et lycéenne, par des grèves et manifestations.

Elles invitent les autres organisations syndicales et de jeunesse à s’y associer.

Paris, le 24 octobre 2017

Formation d’Accueil du 4 et 8 décembre 2017

La commission formation de votre syndicat CGT des personnels actifs et retraités de Lille, Hellemmes et Lomme vous propose de vous inscrire à la prochaine session de formation d’accueil qui se déroulera durant la semaine du 4 au 8 décembre prochain dans la salle de la démocratie participative (2 bis rue Mottez).

Cette formation est prioritairement destinée aux nouveaux- elles adhérent-e-s, à jour de leurs cotisations, qui n’auraient pas encore été inscris sur ce type de formation, comme précisé dans nos statuts dans le cadre de l’obligation de tous membres de la CGT à se former et ainsi apprendre et comprendre les valeurs portées par notre syndicat et en saisir son fonctionnement.

Cette session de formation se déroulera sur 4 jours durant le lundi 4, mardi 5, jeudi 7 et vendredi 8 décembre où nous aborderons les thèmes suivants:

  • Le syndicalisme et la CGT
  • La CGT à Lille, Hellemmes et Lomme
  • Le statut des fonctionnaires territoriaux
  • Les instances représentatives (CAP, CTP, CHSCT, commissions diverses …)
  • La carrière, fiche de paie, formations, droits et garanties des agents
  • Les démarches revendicatives et ses outils

 – Nous proposons aussi de vous inscrire à la formation thématique du mercredi 6/12 (hors formation d’accueil) destinée à toutes et tous, qui portera sur un thème d’actualité, tel que le statut du fonctionnaire, la protection sociale …

Pour rappel :

Tout agent dispose chaque année de 12 jours de formations syndicales, ainsi nous vous proposerons très prochainement les dates des formations thématiques pour l’année 2018.

Vous pouvez nous confirmer avant le 26 octobre (dernier délai avant prévenance des 30 jours) par retour de ce mail et prévenir vos hiérarchies respectives.

La commission formation établira une demande d’autorisation d’absence pour congé de formation syndicale auprès de la direction des relations sociales dès le 27/10.

Merci par avance de vos retours et inscriptions à cette session de formation…

 

 

 

Appel à la mobilisation le 19 octobre 2017

« Les ordonnances Macron ne sont pas derrière nous. Les routiers nous ont prouvé qu’on pouvait mettre en échec ces ordonnances. Ils ont gagné l’intégration des primes et indemnités dans le salaire de base ».

« Nos concitoyens contestent de plus en plus ces ordonnances : 65 % d’entre eux les rejettent et 57 % approuvent les mobilisations contre ces projets gouvernementaux. »
Le gouvernement entreprend actuellement une déstructuration globale du modèle social français.

La journée d’action du 19 octobre se veut donc « ancrée dans les entreprises, à partir des revendications de chacune des professions ».

Contre la casse sociale, pour les 32 heures, les augmentations des salaires, la retraite pour tous par mutualisation, mobilisons-nous toute et tous le 19 octobre prochain !!!!

Nous comptons vivement sur ta disponibilité et ton militantisme afin de contribuer à la vie et aux initiatives de ton UL de Lille et environs !!!!

FONCTION PUBLIQUE : MOBILISATION MARDI 10 OCTOBRE




Depuis l’arrivée du nouveau gouvernement, les mesures négatives s’accumulent pour les agent.e.s de la Fonction publique : gel de la valeur du point indice, rétablissement de la journée de carence, perspective de 120 000 suppressions d’emplois sur les 3 versants de la Fonction publique…

Et contrairement à l’engagement fait aux agent.e.s public.que.s par Emmanuel Macron dans le cadre de sa campagne présidentielle : “J’augmenterai votre pouvoir d’achat, comme celui des salariés des entreprises : vous paierez moins de cotisations et votre salaire net sera augmenté d’autant”, la hausse de la Csg se traduira au mieux par une simple compensation dans la Fonction publique, c’est à dire sans gain de pouvoir d’achat pour les agent.e.s ! Ainsi, toutes ces mesures vont impacter fortement et négativement le pouvoir d’achat de plus de 5,4 millions d’agent.e.s public.que.s et fragilisent les services publics rendus aux usagers. C’est inacceptable.

C’est totalement injuste pour les agent.e.s, et c’est totalement inefficace pour une Fonction publique de moins en moins attractive dans de nombreux secteurs. Ces mesures ne contribuent en rien à l’amélioration de la qualité des services publics. Services publics au sujet desquels nos organisations syndicales rappellent leur demande d’un débat de fond sur ses missions s’appuyant sur le bilan des réformes déjà engagées. Enfin, nos organisations rappellent leur attachement au code des pensions civiles et militaires et seront très vigilantes sur la future réforme des retraites annoncée pour l’ensemble des agent.e.s public.que.s.

C’est pour faire entendre ces profonds désaccords que les organisations syndicales appellent toutes et tous les agent.e.s à la grève, aux manifestations ou rassemblements (selon des modalités définies par les différents secteurs) pour se mobiliser le mardi 10 octobre prochain, date choisie par le ministre pour la tenue d’un rendez-vous salarial.

Elles exigent une véritable négociation salariale qui aboutisse à une réelle reconnaissance du travail, des missions et de l’engagement professionnel des agent.e.s par une augmentation du pouvoir d’achat et la revalorisation des carrières, le non rétablissement de la journée de carence et les moyens nécessaires pour permettre aux agent.e.s d’exercer leurs missions de services publics

  • La CGT
  • Union Locale CGT Lille
  • Union Départementale CGT Nord
  • Union CGT des Services Publics

Nous contacter

Hôtel de Ville, 3ème pavillon entresol
Place Augustin Laurent - 59033 Lille Cedex

Tel/Fax : 03 20 49 51 45
Mail : cgtmairielille@yahoo.fr
Site Web : www.cgt-villedelille.com