Commentaires inactifs
Dernières mise à jour :  | Par cgt-villedelille

Appel à la mobilisation le 12 septembre 2017

Par la grève et dans les manifestations, ensemble, mobilisons-nous !!!

Pour le progrès social, les garanties collectives, la Fonction publique !

Les annonces et les premières décisions prises depuis les élections présidentielles et législatives portent un message clair : le Président de la république, le Premier ministre et le gouvernement préfèrent les riches et la loi du profit à la Fonction publique, ses usagers et ses agents.

L’accumulation des mauvais coups le démontre pour les agents de la Fonction Publique : retour du gel de la valeur du point en 2017 et 2018, mise à mal de son unicité; inquiétudes liées à la hausse de la CSG; projet de 120000 suppressions d’emplois; restauration du jour de carence au 1er janvier 2018; amputations drastiques de crédits socialement et économiquement utiles; remise en cause de missions publiques; menaces sur les 35 heures…

Ces attaques sont porteuses de très graves menaces pour le service public, la Fonction publique, ses agents et plus largement l’ensemble de la population.

Une situation des plus préoccupantes

Cette offensive tous azimuts amplifie encore les politiques d’austérité budgétaire, de remise en cause des missions publiques, des services et de l’emploi publics.

Les difficultés s’accroissent du fait des sous-effectifs importants causés par les suppressions massives d’emplois intervenues depuis de nombreuses années. Pour les mêmes raisons, les conditions de travail se sont dégradées. Le pouvoir d’achat a été laminé de façon inédite par les six ans de gel de la valeur du point que les deux augmentations de 0.6/100 sont très loin d’avoir compensé. Quant aux contre-réformes brutales et successives (Révision générale des Politiques Publiques, Modernisation de l’Action Publique, réformes territoriales, RIFSEEP, etc…), elles génèrent une perte d’efficacité et une désorganisation de l’action publique, au détriment de l’effectivité et de la qualité du service public rendu. Dans le même temps, elles sont une source toujours plus conséquente de dégradation des conditions de vie au et hors travail des personnels.

La priorité de la CGT : l’intérêt général et le progrès social.

Soucieuse de la réponse aux droits et aux besoins de la population, du renforcement de la citoyenneté et d’un développement humain durable, la CGT porte un tout autre projet de société.

Dans le même temps, il ne peut y avoir de politique industrielle digne de ce nom sans services publics renforcés : ces deux enjeux sont étroitement liés et complémentaires.

Nous revendiquons de meilleures garanties et des droits renforcés pour tous les salariés, du privé comme du public. L’entretien par le pouvoir du clivage pernicieux et artificiel entre les uns et ls autres n’a qu’un objectif : porter des coups à l’ensemble du salariat, au profit du patronat et de la finance.

Notre conception progressiste s’oppose frontalement au projet de Macron visant à démanteler le Code du travail. alors que les garanties des fonctionnaires sont déjà mises en cause, l’adoption des projets du gouvernement en matière de droit du travail favoriserait une nouvelle offensive contre le Statut des fonctionnaires.

Oui, nous exigeons davantage de moyens humains, matériels et budgétaires pour la Fonction Publique. Nous sommes favorables à un meilleur accès aux soins de toutes et tous, à plus d’éducation et de culture sans sélection par l’argent, à l’égalité de traitement de tous les citoyens sur l’ensemble du territoire, à une plus grande protection du consommateur.

Pour cela et bien d’autres projets encore, nous sommes favorables à des réformes de progrès et porteurs de propositions offensives et ambitieuses, en rupture avec les mesures d’austérité et la remise en cause des conquis sociaux.

Casse du code du travail : Toutes et tous concerné.e.es

Nous avons combattu et combattons toujours sans relâche la loi El Khomri qui s’attaque frontalement au Code du travail et aux droits des salariées, pourtant déjà bien insuffisants. Pour la CGT, cette loi, porteuse de lourdes régressions, doit être abrogée.

L’heure est aussi à la mobilisation contre le projet Macron, qui, au service du MEDEF, entend précariser toujours et encore plus les salariés, les livrer sans protection aux appétits démesurés du « profit roi ».

par ordonnances, de manière antidémocratique, qui plus est sans discussions et négociations réelles avec les organisations syndicales, les pouvoirs publics entendent porter des attaques sans précédent contre plus de 120 ans de conquis sociaux.

Il ne faut pas s’y tromper : nombre de mesures, prévues dans ces textes ne manqueront d’ailleurs pas d’avoir des traductions négatives dans la Fonction publique sous le fallacieux prétexte de la recherche d’égalité entre le public et le privé qui a trop souvent conduit à des régressions pour tous. Il en va ainsi par exemple de la déstructuration des garanties à caractère nationale et de la suppression des CHSCT.

C’est pourquoi la journée interprofessionnelle de grèves et de manifestations du 12 septembre concerne pleinement les agents publics.