Laisser un commentaire
Dernières mise à jour :  | Par cgt-villedelille

La non application du jour de carence à la ville de Lille, Hellemmes et Lomme… C’est possible !!!

 

Un peu de courage politique Madame le Maire

Le jour de carence est de nouveau applicable depuis le 1er janvier 2018

Pour la CGT, le jour de carence en cas d’arrêt maladie constitue une véritable insulte ; son instauration revient à considérer chaque malade comme suspect de fraude et donc, dans le doute, à le  sanctionner d’office. Les médecins sont au passage considérés comme des pourvoyeurs d’arrêts de complaisance.

Après une première application (2011-2013), cette mesure avait  déjà été condamnée , car jugée injuste, inefficace et stigmatisante !

En effet, cette mesure scandaleuse va toucher les salariés ayant les plus bas salaires et punir les agents malades, sans prendre en compte d’aucune façon la prévention de l’absentéisme dans les collectivités…

 Cette application ne résoudra en rien le soi-disant déficit de la sécurité sociale : 

Les agents de la fonction publique territoriale ayant un régime, dit spécial, pour leur protection sociale, les salaires non payés resteront dans les caisses des collectivités territoriales, mais les agents se verront imputer à chaque arrêt d’une journée de traitement.

Cette mesure incite nos employeurs à compenser les baisses de dotations de l’État sans précédent des collectivités sur le dos de la masse salariale…Quelle illusion !

Cette mesure se rajoute au gel du point d’indice, à l’augmentation de la cotisation CNRACL, à l’augmentation de la CSG, à celle du coût de la vie en général et va dans le sens de l’appauvrissement des agents de la fonction publique territoriale. 

 

Surtout ce jour de carence est motivé par un mensonge :

Le gouvernement fonde notamment sa décision sur la volonté de corriger une supposée inégalité public-privé. Or, pour une large majorité des salariés du privé (près de 65% d’entre eux), les trois jours de carence sont actuellement couverts par divers dispositifs (convention collective, accord d’entreprise).

Une vraie égalité dans ce domaine devrait être un dispositif de couverture pour la minorité de salariés du privé qui aujourd’hui n’en bénéficient pas.

Les agents de la fonction publique sont déjà touchés par les incessantes réformes territoriales, les suppressions de postes, de budgets, que veut parachever « l’Action publique 2022 » mise en place par l’équipe Macron par le biais de ses « ORDONNANCES ».

Dans le même temps la population augmente sans cesse, il en découle donc un besoin de service public proportionnel et cela accroît toujours plus la charge de travail des agents. Ce qui génère du stress, de la pénibilité, surmenage, démotivation, perte de repère…    Les causes de l’absentéisme sont bien là !!! 

 

Par la remise en place du jour de carence, plusieurs cas de figure sont à prévoir :

  •       L’agent malade va quand même aller travailler cela engendrera une possible contamination de ses collègues ainsi que les usagers du service public
  •       Son état pourrait s’aggraver et générer une augmentation de la durée des congés de maladie ordinaire comme l’on démontré de nombreuses expertises sur la période d’application de         2011 à 2013.
  •        Travailler malade cela peut également causer la baisse d’attention et nuire à la vigilance, éléments indispensables dans de nombreuses missions de service publi

Pour la CGT, la répression ne remplacera jamais la prévention !

La CGT demande la non application de cette journée de carence dans notre collectivité comme c’est le cas aujourd’hui dans de nombreux territoires  utilisant avec courage leur principe de  « libre administration ».

 

Si lors de la dernière application de la journée de carence et afin d’éviter la double peine pour les agents en arrêt maladie,  la ville de Lille avait renoncé à l’amputation de la prime de fin d’année. Cette fois- ci la double peine semble bien installée